Les fonctions exécutives,

mieux les comprendre.

 

Les fonctions exécutives correspondent aux capacités nécessaires à une personne pour s’adapter à des situations nouvelles, c’est-à-dire non routinières, pour lesquelles il n’y a pas de solution toute faite.

Nous sommes tous sujet à des situations non routinières, des situations pour lesquelles nous n’avons pas mis en place d’automatismes. Ces situations vont faire appel à nos fonctions exécutives car elles demandent l’élaboration d’un plan pour réaliser la tâche. Des capacités sont alors nécessaires telles que :

 

1)    L’inhibition

 

L’inhibition est l’action d’inhiber. Inhiber, c’est réalisé un changement interne qui freine ou empêche un comportement. Il s’agit se bloquer certains comportements, de se les interdire.

 

Par exemple, je suis à une conférence. Deux personnes devant moi n’arrêtent pas de discuter. Si mon comportement est désinhibé, je vais leur taper forcement sur l’épaule et leur dire suffisamment fort « vos gueules ! ». J’ai simplement dit ce que je pensais sans refreiner mon comportement, ni ma pensée.

Je peux aussi essayer d’inhiber en refreinant cette attitude et en essayant de mettre de coté l’attitude des personnes devant moi. Cela nécessite que je me focalise encore plus sur le conférencier et me demande donc beaucoup d’attention.

 

 

L’inhibition permet d’avoir un comportement social adapté, et surtout non déplacé par rapport à l’environnement dans lequel je me trouve. Inhiber nécessite de prendre un temps de réflexion. Or, un temps de réflexion demande aussi un fonctionnement par étapes et donc de planifier. Sans ce délai de réflexion, les réponses sont données de manière simultanée.

D’un point de vue du comportement, on parle d’impulsivité.

Les problèmes d’inhibition ne sont pas toutes flagrants, certains arrivent à un contrôle mais ce contrôle est un effort considérable qui impacte l’attention.

 

Il y a donc aussi une notion de tri. Inhiber veut donc aussi dire que je sélectionne certaines informations pour en éliminer certaines. Il va donc falloir aussi renoncer à la réponse (motrice ou verbale) première et y résister.

 

2)    La planification

 

La planification est l’action de planifier. Planifier, c’est :

  • Organiser selon un plan et des méthodes déterminées
  • Organiser à l’avance son temps, ses activités selon un certain plan
  • Organiser à l’avance quelque chose, l’avoir dans son plan.

(Source : Larousse)

 

 

Une difficulté à planifier sous entend donc une difficulté à organiser une série d’action permettant d’atteindre un objectif.

Qui dit planification induit nécessiter de maitriser la notion de temps ; autrement dit estimer la ou les durées et surtout se représenter correctement mentalement cette durée : en avoir une image mentale juste.

Préparer une action nécessite :

–       De pouvoir se projeter dans le temps

–       D’anticiper

 

Or, les personnes ayant un trouble des fonctions exécutives (TDAH, trouble desexécutif, trouble du lobe frontal…) sont en difficulté avec cette notion de temps. Ils se situent dans le présent et imaginer l’avenir et le passé est une problématique.

 

3)    La flexibilité mentale

La flexibilité mentale est l’action d’être flexible. Être flexible, c’est s’adapter à des circonstances particulières. La flexibilité mentale est donc une souplesse mentale, son contraire est la rigidité.

 

Cette fonction est nécessaire notamment lorsque la situation n’est pas routinière, qu’elle n’est pas automatisée, qu’elle n’a pas été apprise, cette situation nouvelle demande une adaptation : un changement doit donc s’opérer. Il va donc falloir élaborer des hypothèses et évaluer la pertinence et la non pertinence de chacune afin d’apporter une réponse adaptée à cette nouvelle situation. 

Quand un sujet manque de flexibilité mentale, il a tendance à préserver dans son idée et refuse de changer de point de vue (persévérance).

 

4)    L’attention

On distingue différents types d’attention.

                * Attention sélective

L’attention sélective permet de porter son attention sur l’information pertinente et de ne pas se laisser distraire par des informations non pertinentes.

C’est donc la capacité de se focaliser, de se centrer sur un seul point et d’en ignorer les autres.

. Attention  sélective auditive  :  restaurant, groupe, public…

. Attention sélective visuelle :  choix d’une scène visuelle

 

Mettre de coté pour mieux cibler

 

 

                * Attention soutenue

L’attention soutenue permet de maintenir son attention sur une même tâche pendant un temps assez long. Cette attention fait appel à notre vigilance.

 

 

                * Attention divisée ou partagée

Attention divisée ou partagée

L’attention divisée permet de faire deux choses à la fois. 

C’est la capacité de partager des informations venant de plusieurs sources (visuelles, auditives) pour pouvoir les traiter.

 

Dys et fonctions exécutives : quel lien ?

Fonctions exécutives : oui mais comment ? vie quotidienne et scolaire

Fermer le menu