Valérie DUBAND, Coach, formatrice et consultante, Lyon

Dyspraxie : la lecture, problème de stratégie du regard

 

Un enfant dyspraxique visuo-spatial a un problème de stratégie du regard.

 

 

Normalement, notre regard a une stratégie pour lire, trouver des informations…

– Nos yeux balayent, en glissant, une ligne dans le sens de la lecture, la ligne terminée, ils vont automatiquement à la ligne suivante.

– Nos yeux bougent pour voir l’information qui va suivre, ils font des saccades, autrement des sortes de petits bonds. Entre chaque bond, nos yeux se reposent au bon endroit afin de continuer à lire.

– Nos yeux peuvent fixer un élément afin d’en retirer une information. Il y a donc aussi la discrimination de la chose vue : c’est bien la chose que l’on veut voir.

 

Balayage visuelle efficace : Balayage visuel “glissant” le long de la ligne, avec retour à la ligne suivante.

 

  => Balayage visuel « glissant » le long de la ligne avec retour à la ligne suivante.

 

Saccades oculaires efficaces

 

  => saccades oculaires réalisant des « petits bonds » avec une fixation qui est une sorte de pause permettant de prendre en compte des indices visuels.

 

 

La stratégie de regard dépend de la motricité conjuguée. Est appelée motricité conjuguée, les saccades oculaires, la fixation et les poursuites. On parle alors de troubles de la stratégie de l’exploration visuelle et de manière plus générale, de troubles de la stratégie du regard.

 

Les fixations sont des arrêts qui permettent la vision du mot ou du graphème. Leur durée varie selon la longueur du mot et suivant le nombre de fois où il a été vu (plus il est vu, plus il sera reconnu rapidement).

 

 

Autour de ces fixations, l’œil « voit » des éléments :

Au centre de cette fixation (zone fovéale), c’est ce qui permet l’analyse.

A droite de la fixation : à deux niveaux :

        • près de la fixation (zone para fovéale – environ 8 lettres) permettant de «prétraiter » les lettres du mot suivant

       • Plus loin (zone périphérique – environ 15 lettres) permettant de programmer les prochaines saccades.

A gauche de la fixation pour ajuster le point de fixation en assurant un bon calage (4 lettres).

 

 

L’empan visuel est le nombre de caractère que l’œil voit en une fixation (autrement dit en moyenne 12 lettres). Plus il est important, plus la vitesse de lecture sera grande. Au-delà de cette zone, on n’identifie plus les lettres. Dehaenne, dans les « Neurones de la lecture » dit même que c’est l’empan visuel qui détermine notre vitesse de lecture ; plus il est important, plus on est lecteur rapide. L’empan visuel n’est pas extensible. Les très bons lecteurs lisent autour de 400 mots à la minute. C’est le maximum.

 

Les saccades permettent de séparer les mots ou les graphèmes entre les fixations. Elles ne servent pas à analyser ce qui est vu. Il y a plusieurs types de saccades :

Les saccades horizontales : elles vont dans le sens de la lecture. Elles sont rapides et amples chez le bon lecteur.

Les saccades obliques : ce sont celles qui permettent de retourner à la ligne. Elles sont une grande amplitude.

Les saccades de retour en arrière : elles permettent de reprendre une information. Elles sont de faible amplitude. S’ils y en a trop, elles gênent la lecture et donc la compréhension.

 

En Europe, on lit de gauche à droite. Pour retourner à la ligne, nos deux yeux vont faire un relais. L’œil gauche fait le début de la ligne, les yeux se rejoignent au milieu de la ligne puis l’œil droit fini de lire la ligne (relais binoculaire). Ce relais permet aussi d’avoir une bonne stratégie d’exploration.

 

Ces compétences optomotrices se mettent en place entre la grande section de maternelle et le Ce2/Cm1, il faut normalement donc 4/5 ans d’apprentissage.

 

Chez l’enfant dyspraxique visuo spatial

 

Il n’a pas de stratégie du regard. Il ne balaye pas correctement, les saccades ne sont pas efficientes et il ne fixe pas correctement. Un enfant DVS (Dyspraxique Visuo Spatial) n’a absolument pas une motricité conjuguée efficace.

Autrement dit, ce n’est pas gagné pour qu’il arrive à lire !!

 

Lecture d’un enfant dyspraxique visuo-spatial :

 

Saut de ligne, difficulté de retour à la ligne.

 

=> L’enfant saute des lignes, il se perd dans le texte et ne reprend pas au bon endroit.

 

Saccades oculaires anarchiques

 

=> Les saccades oculaires sont anarchiques. Le regard ne se pose pas au bon endroit. Des lettres sont sautées, voire des mots, certaines syllabes sont doublées.   

 

 

Saccades :

L’enfant peut :

– sauter des mots

– sauter une ou des lignes

– se perdre dans la ligne

– relire le même mot

– répéter un morceau de mot

– commencer sur une ligne et finir sur une autre

– faire des confusions ou des inversions de sons (type dyslexie : mélange de lettres (p/q, d/b…), inversion de lettre (on/no, an/na), omission de lettre (trio devient tro)…). On note en sus, des difficultés avec les sons euil, ein, ail…

 

Fixation :

– empan réduit

– saccades en arrière nombreuses

– fin de mot aléatoire

 

Conséquences (logiques)

 

La lecture de l’enfant est lente, saccadée, hachée. Il ne se retrouve pas lorsqu’il est perdu. La lecture se dégrade au fil du texte. Il bouge la tête au lieu des yeux, il bouge son texte. Il essaye de suivre avec son doigt mais son doigt va trop vite. Il oublie des mots, en double d’autres, saute des lignes…Il fait des inversions, il devine la fin des mots…

La compréhension de la lecture est fortement compromise. La lenteur dans la progression de la lecture (plus les nombreuses erreurs) rendent très difficile la compréhension. L’enfant met trop de temps à lire, il n’a pas le temps de stoker les informations dans sa mémoire de travail, le texte est alors incompréhensible.

L’enfant est en situation d’échec. Il va petit à petit se dégoûter de la lecture.

Une rééducation orthoptique et neuro-visuel va permettre d’améliorer la situation ; mais un enfant dyspraxique aura toujours des troubles de motricité conjuguée au regard des autres enfants de son âge et de manière notable.

 

 

Il a donc besoin d’aide. Que faire ?


Les bases :

 

– Eviter tout élément parasite : lettrine, illustration, filigrane, fond de couleur…

– Utiliser une police agrandie : arial par exemple (voir « Police de caractère utile / aide à la lecture)

– Espacer les lignes : interlignage de 1,5 minimum

– Espacer les mots : mettre un double espace

– Agrandir : utilise des formats A3 au besoin

– Aérer : présentation aérée, simple, un exercice par page.

 

1°) Présentation de texte :

Plusieurs présentations sont données en exemple.

Soyez réguliers dans vos présentations, l’enfant doit avoir ses repères. Optez pour l’une ou l’autre des présentations, celle avec laquelle il est le plus à l’aise. Laissez-lui le choix.

 

                   A°) Alternance de couleurs des lignes

Alternance de couleurs sur les lignes qui les aide pour suivre leur ligne jusqu’au bout et pour aller à la ligne suivante.

On peut proposer jusqu’à trois couleurs différentes. Généralement, on en utilise deux. Il faut demander à l’enfant avec quelque type de présentation il est à l’aise.

Penser à maintenir toujours la même alternance de couleur d’une présentation à l’autre (pas de changement de couleur) afin que l’enfant ait toujours les mêmes repères.

 

Eemple d’alternance de couleurs sur les lignes de lecture

 

Exemple extrait du site : Le cartable fantastique de Manon : ici

Ce site est né de la collaboration entre une enseignante de CE1 et une chercheuse en sciences cognitives. Il rassemble l’ensemble des documents qu’elles élaborent quotidiennement pour Manon, petite fille de 7 ans, dyspraxique, élève de CE1, scolarisée en classe ordinaire.

 

Pour transformer directement un texte au format adapté aux dyspraxiques : ici

Il est également possible de stabiloter les lignes.

 

Lignes stabilotées

Exemple d’alternance de couleurs avec des lignes stabilotées.

 

 

                  B°) Alternance de couleurs dans les syllabes

L’idée reste la même, on change de couleur à chaque syllabe en n’utilisant que 3 couleurs au maximum.

 

Exemple de texte avec syllabes mises en couleur.

 

On peut également stabiloter les syllabes.

 

Syllabes stabilotées

Exemple de texte avec syllabes stabilotées.

 

 

Attention, certains enfants sont également gênés par une surcharge de couleurs, voyez avec eux la présentation qui leur convient le mieux.

 

                  C°) Pointage de début et de fin de ligne.

On pointe par l’intermédiaire d’un point de couleur, le début de la ligne et la fin de la ligne.

 

Texte avec pointage en debut et fin de ligne.

2°) Lecture flash :

Lecture flash des bigraphes (pan, man, san)

Lecture flash des trigraphes (moin, poin, coin, loin…)

 

3°) Outils d’aide :

Permettre l’utilisation de « cache » en lecture.

Permettre de mettre des feuilles blanches vierges qui cachent les éléments attirant l’œil sur certains livres, et de façon général sur tous les supports qui ont une double page cote à coté (l’objectif est de réduire les éléments incitant le regard à dévier).

 

Exemple d’outils d’aide :

Guide de lecture : cet outil peut être intéressant pour certains livres de petits formats. Le guide doit faire l’ensemble de la ligne afin que l’enfant poursuive la ligne jusqu’au bout.

 

Guide pour la lecture

 

Règle de lecture : les règles de lecture ne laissent apparaître qu’une seule ligne à la fois (fenêtre de lecture).

 

Règle pour la lecture

 

Il est facile d’en fabriquer pour différents supports avec un papier cartonné de couleur unie. Vous prenez alors une feuille de papier épais de type papier Canson dans un grammage de 180g minimum. Vous découpez un rectangle. Vous ajourez ce rectangle en créant une fenêtre de lecture de la dimension désirée.

Les parents d’enfants dyspraxiques utilisent souvent le terme de « cache » pour parler de ce procédé.

 

 

4°) Lire pour eux

Dans la mesure du possible, lire pour eux. Lire leur texte le plus possible.

Pensez également à lire les énoncer d’exercices, de problème…

Dans le cadre d’une lecture compréhension avec questions, pensez à leur lire les questions avant qu’ils aient lu le texte. Ils pourront ainsi stabiloter les réponses au fur et à mesure de leur lecture (pensez que la recherche d’information leur est difficile, voire impossible pour cause d’exploration visuelle extrêmement déficiente).

 

Maintenir le goût de la lecture :

 

Ils sont en difficultés de lecture. Pourtant la syllabique est comprise, et même souvent comprise rapidement. Ils n’aiment donc pas lire parce qu’ils lisent mal, parce que ça leur est difficile, fatiguant. L’un des enjeux est de malgré tout, leur faire conserver le goût de la lecture :

– lire pour eux

– lecture à deux voix

– prendre le relais dès que l’enfant fatigue (accroche les mots, invente la fin des mots…)

 

1°) N’hésitez donc pas à leur faire la lecture.

 

 

                      A°) Lors des devoirs,

• lisez leur texte,

• Faites une lecture à double voix : plusieurs possibilités : chacun lit une phrase, chacun lit un morceau / le parent finit la lecture du texte /le parent reprend la lecture dès que celle de l’enfant commence à « fatiguer »…

 

                      B°) Choisissez des livres avec eux et lisez leur. Continuez de leur acheter des livres et laissez les choisir comme si c’était eux qui allaient le lire. Même grand, instaurez un moment de lecture/plaisir. Faites leur ou continuez de leur faire la lecture.

Une étude récente démontre l’utilité des moments de lecture partagée.

 

2°) Utiliser les supports audio

 

                       A°) Livres audio :

Aujourd’hui, on trouve un grand nombre de livres sous format audio. Pensez à cette solution.

 

                         B°) Enregistrez-vous

Vous pouvez aussi investir dans un micro de PC pour vous enregistrer. L’investissement ne va pas chercher bien loin, une vingtaine d’euros. Choisissez un micro de table pour plus de confort. On trouve un certain nombre de logiciels pour s’enregistrer téléchargeable gratuitement.

 

                         C°) Les sites de livres audio téléchargeables gratuitement.

 

Voici une liste de sites. Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à me le signaler que je puisse compléter cette liste.

 

Livre pour tous : téléchargeable au format MP3 : livre audio classés par catégorie, un assez grand nombre de catégorie : conte, mythologie, jeunesse, poésie, romans, arts, correspondance…

Pour visiter le site : ici


 

Bonnes nouvelles : site pour les personnes mal voyantes : à écouter sur le site, on y trouve des nouvelles.

Pour visiter le site : ici

 

Livre audio gratuit : à télécharger, format MP3 : quelques grands classiques de la littérature (Maupassant, Flaubert, Zola…).

Pour visiter le site : ici

 

 

Littérature audio.com : Téléchargeable en MP3 : Peut être le plus complet (où celui qui a ma préférence devrais-je plutôt écrire) : classement par thème, recherche par auteur, livre complet, extrait de livre.

Pour visiter le site : ici

 

Audiocité.net : écoutable sur le site : pas mal de choses intéressantes, il faut farfouiller.

Pour visiter le site : ici

 

Guy de Maupassant : à écouter sur le site : une grande partie de l’œuvre de Maupassant.

Pour visiter le site : ici

——————————————————————————– 

A lire également : Dys et troubles neurovisuels :  ici

——————————————————————————–

 

Autres informations sur la dyspraxie :

 

Sommaire de la rubrique “Dyspraxie” avec toutes les pages.

Adapter un texte Word pour un dyspraxique

 

Correcteur orthographique en ligne

 

Polices de caractères utiles pour aider la lecture

 

 

Tutoriel pour aide à la lecture (logiciel et extension)

 

Blog de Valérie DUBAND

Coach professionnelle
Spécialisée enfants et adolescents
Formatrice
Coordinatrice "dys" dans un collège lyonnais

Comment mieux aider son enfant à réussir ?

Atelier pour les parents

Objectif : renforcer son rôle de parents en ayant une approche plus globale des conditions nécessaires aux enfants pour être dans de bonnes conditions d’apprentissage.

Cet atelier se décompose en trois modules. La présence à chaque module est obligatoire.

Module 1 : Comment aller vers une pédagogie et éducation bienveillantes ?
Samedi 28 janvier 2017

Module 2 : Les devoirs… quelle galère ! Comment les aider à apprendre autrement ?
Samedi 11 Février 2017

Module 3 : Toi, toi, toi mon enfant chéri… et moi, et moi et moi ! Comment apprendre à se préserver du burnout parental ?
Samedi 18 mars

Pour les parents ou les adultes intéressés par le sujet.

Reste 1 place sur 8 (au 01/12/2016)

Présentation du blog

Partage de recherche, de lecture, d'information, de conseils... concernant les handicaps invisibles : dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysgraphie, dyscalculie, et Trouble Déficitaire d'Attention avec Hyperactivité (TDAH). Et les Enfants Intellectuellement Précoces (EIP, HP, APIE) qui peuvent également être touchés par un handicap invisible.

Newsletter : Abonnez-vous!

Articles à lire