En direction des examens

En direction des examens

L’une des questions que l’on me pose souvent est de savoir comment s’organiser pour attaquer les révisions en vue d’un examen. Le bac démarre dans 18 jours. Est-ce trop tard pour réviser ? Et comment s’y prendre ? Je vous donne donc quelques conseils à la volée.

 

1 – Il n’est jamais trop tard pour commencer.

Je pourrai très bien vous dire que bien sûr l’idéal est d’avoir fourni un travail régulier durant toute l’année. L’idéal serait que ces révisions ne soient plus qu’une simple réactivation de vos connaissances.

Un jour, j’irai vivre en théorie, parce qu’en théorie tout va bien.

La réalité du terrain m’a appris qu’il en était très souvent autrement. Entre les élèves qui ont déjà eu du mal à faire ce qui leur étaient demandés en temps et en heure, entre ceux ont travaillé uniquement pour « le jour de l’interro », ceux qui ont la flemme de s’y mettre et ceux qui se réveillent en ce disant que le bac est dans une grosse quinzaine de jours, nous sommes loin de l’idéal.

Heureusement, la bonne nouvelle est qu’il n’est jamais trop tard pour commencer et que tout ce qui sera réalisé portera forcément ses fruits. Il est donc encore tant de semer pour pouvoir récolter.

 

 

 

2 – Soyez stratégique !

Votre examen a des coefficients. Il semble donc normal de privilégier les révisions des matières ayant les plus gros coefficients. Si vous réussissez bien dans une matière, misez aussi sur cette matière. Si vous avez toute l’année, eu, des résultats médiocres, dans une matière, ce n’est probablement pas celle que vous devez réviser le plus. Regardez le rapport coefficient/point et temps passé. Il sera sûrement plus stratégique de travailler une autre matière;

C’est l’exemple d’Emilie qui traîne l’anglais depuis des années. Sa moyenne d’anglais est de 5 en terminale alors qu’elle a 15 en histoire géographie. Ces deux matières présentent le même coefficient. Si elle travaille beaucoup son anglais, elle peut peut-être espérer gagner 1 ou deux points (au maximum) alors qu’en travaillant son histoire géographie, elle peut s’assurer une très bonne note qui viendra, de plus, compenser les points perdus en anglais.

Comme disent les anglais « Il ne faut pas semer toute sa semence dans le même champ. »

3 – Ne révisez pas que vos cours

Les connaissances sont une chose importante, mais la méthode est aussi très importante. Révisez donc aussi cette méthode. Une dissertation se construit d’une certaine manière, vos explications scientifiques aussi. Votre correcteur attend donc du contenu, mais également une rédaction littéraire ou scientifique qui corresponde à l’exigence de votre examen.

J’ai encore en tête ce jeune qui pour le bac de français avait pris le sujet d’invention. Son écrit était d’excellente qualité et très agréable à lire, mais il ne faisait qu’une seule page. Or, le bac a également des exigences en matière de quantité. Je ne dis pas d’écrire pour écrire, mais pour débattre de certaines idées, pour argumenter correctement, vous devez expliquer votre argument et l’illustrer par un exemple -exemple que vous expliquerez aussi – et réaliser ce travail avec méthode ne peut se faire en une page.

4 – Organisez-vous

C’est souvent la tâche la plus difficile chez les jeunes. Par quoi commencer ? A 15 jours, il faut demeurer réaliste. Soit vous êtes dans la situation idéale, autrement dit avec une simple réactivation de vos connaissances, soit vous n’êtes pas dans la situation idéale.

a – Une page sur laquelle tous les chapitres ou thèmes de votre programme sont présents.

b – Sélectionnez prioritairement les matières dont les coefficients sont les plus importants et les matières dans lesquelles vous vous sentez le plus à l’aise.

b – Voyez déjà ce que vous savez. Demandez à quelqu’un de vous faire réciter, de vous poser des questions ou repassez-vous tout ce que vous avez dans votre tête. L’important est identifié ce que vous savez déjà… inutile de le réapprendre.

c – Barrer sur votre feuille programme, tous les chapitres ou parties que vous connaissez déjà.

d – Après avoir identifié ce que vous savez, vous avez donc connaissance de ce que vous devez encore apprendre. Vous pouvez alors utiliser cette méthode pour vous aider : Lire l’article : Comment apprendre une leçon

e – Il vous reste 8 chapitres à voir sur les 12 de l’année ? Commencez par celui que vous aimez le moins. Parce qu’il vaut mieux garder pour la fin des chapitres ou exercices que l’on apprécie mieux, parce qu’à la fin, vous commencez à en avoir marre et si c’est difficile, cela va vous sembler insurmontable et ne favorisera pas non plus votre confiance en vous.

f – Divisez en nombre de jours restants, le nombre de chapitres à réviser.

 

5 – Les impasses, une solution ?

Lorsque vous avez divisé votre nombre de chapitres à apprendre en nombre de jours restants et que ce nombre vous semble insurmontable, vous commencez à vous dire que vous allez faire des impasses. Vous commencez à vous dire que vous n’apprendrez pas tel ou tel chapitre. Vous prenez les sujets tombés l’an dernier et vous les éliminez. Est-ce vraiment toujours un bon calcul ? Quelquefois oui, mais bien souvent pas tant que ça ! Les sujets annoncés comme probables par bien des sites ne tombent que très rarement. Le bac réserve très souvent bien des surprises et notamment les fameux sujets de remplacement (sujet de secours). C’est l’exemple du sujet de SES des baccalauréats ES l’an dernier ou de la philo pour les bacs technologiques.

Encore une fois soyez stratégique, ne sautez pas un chapitre mais remplissez vos connaissances sur celui-ci petit à petit. Commencez par retenir les grands axes (souvent les grands titres I – II – III..) puis les sous-parties (A-B-C…) et enfin les sous-parties des sous- parties (1,2,3…). Remplissez votre tête en organisant vos idées.

Exemple

Titre : Les Etats-Unis et le monde depuis 1945 (pris sur le site Kartable)

a) J’apprends les grands axes

I – Les Etats-Unis dans la guerre froide

II – Les Etats-Unis depuis 1991

 

b) J’apprends les sous-parties des grands axes

I – Les Etats-Unis dans la guerre froide

A – Les Etats-Unis, leader du bloc occidental

B – Les EU et la fin de la guerre froide

II – Les Etats-Unis depuis 1991

A – Un nouvel ordre mondial

B – Les EU depuis 2001

 

c) J’apprends les points des sous parties

I – Les Etats-Unis dans la guerre froide

A – Les Etats-Unis, leader du bloc occidental

1 – Les EU en 1945

2 – Les débuts de la guerre froide

3 – Coexistence pacifique et détente

4 – Le Soft power américain

B – Les EU et la fin de la guerre froide

1 – la puissance américaine affaiblie

2 – Les EU gagnent la guerre froide

II – Les Etats-Unis depuis 1991

A – Un nouvel ordre mondial

B – Les EU depuis 2001

1 – Les attentats du 11 septembre 2001

2 – L’Amérique en difficulté

3 – Le retour du multilatéralisme ?

 

d) J’ai donc la trame de mon cours et je vais remplir d’informations synthétisées les différents points (Exemple sur le point I- A – 1)

I – Les Etats-Unis dans la guerre froide

A – Les Etats-Unis, leader du bloc occidental

1 – Les EU en 1945

  • 2/3 des réserves mondiales d’or
  • ½ de la production industrielle mondiale
  • Possède l’arme nucléaire
  • Grand prestige donné par la guerre
  • Veulent un monde pacifié :
    • 1945 : accord de Yalta et Postdam
    • 1945 : création ONU
    • 1944 : accord de Bretton Woods
    • 1947 : création du GATT

2 – Les débuts de la guerre froide

3 – Coexistence pacifique et détente

4 – Le Soft power américain

B – Les EU et la fin de la guerre froide

1 – la puissance américaine affaiblie

2 – Les EU gagnent la guerre froide

II – Les Etats-Unis depuis 1991

A – Un nouvel ordre mondial

B – Les EU depuis 2001

1 – Les attentats du 11 septembre 2001

2 – L’Amérique en difficulté

3 – Le retour du multilatéralisme ?

 

e) si j’ai le temps, je pourrai encore peaufiner en détaillant les informations mises dans les différents points…. si j’ai le temps.

 

Il vous suffira par la suite de ressortir l’information souhaitée car elle sera enregistrée dans le bon tiroir.

 

Bon courage !!

 

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :