Dyslexie, dyspraxie, dysphasie, TDAH : Dossier sur le sommeil

Nouveau dossier :

SOMMEIL ET ADOLESCENCE

 

dossier sommeil 55

Cliquez sur l’image pour accéder au dossier.

 

La qualité de notre sommeil participe activement à notre bien-être. Il concoure à notre vigilance, notre attention et notre concentration.  Il est donc un élément essentiel pour tous les enfants, jeunes et adultes en situation d’apprentissage et encore plus important pour les « dys » (dyslexiques, dyspraxiques, dysphasiques, TDAH…) puisque leur attention est souvent fragile voire déficitaire. Et pourtant en période adolescente, pas facile de leur faire respecter les sacro-saintes heures de sommeil nécessaires ! Mais le font-il vraiment exprès ? Est-ce lié à cette période de vie ? Comment fonctionne le sommeil ? Les ordinateurs, les tablettes, les portables gênent-ils vraiment l’arrivée du sommeil ? Comment favoriser ce sommeil ?

 

Voici donc un nouveau dossier concernant le sommeil et plus particulièrement le sommeil chez les adolescents.

L’objectif est donc de mieux comprendre comment fonctionne le sommeil, les éléments qui le favorisent et ceux qui viennent le fausser.

Chaque semaine, vous découvrirez un nouvel article sur le sujet.

Aujourd’hui, ci-dessous, le premier de la série.

Bonne lecture.

 

Sommeil et adolescence : antagonisme ?

 

L’adolescence est une période où l’on cherche à construire sa personnalité. Pour devenir de plus en plus autonome (se sentir grand), l’adolescent cherche à se détacher de son environnement familial. Il se cherche et pour cela il réalise des essais : il vient s’opposer à vos parents, au système… et en même dans cette quête, il appréhende l’inconnu. Tout en donnant l’impression de rejets, il redoute l’inconnu.

L’adolescence est donc une période d’ambivalence durant laquelle le jeune va chercher les limites tout en s’y opposant. C’est dans cette ambivalence qu’il va construire sa personnalité, savoir qui il veut être, quel homme ou quelle femme il/elle souhaite devenir. Maintenir les limites, tenir le cap comme nous avons l’habitude de dire, permettra justement à cet adolescent de pouvoir être rassuré : un gant de fer dans une main de velours. Savoir suffisamment accepter de libertés pour favoriser l’autonomie tout en maintenant un cadre sécurisant pour qu’il puisse aller rechercher cette autonomie sans crainte.

 

ardoise yes no
Savoir suffisamment accepter de libertés pour favoriser l’autonomie tout en maintenant un cadre sécurisant pour qu’il puisse aller rechercher cette autonomie sans crainte.

 

Dans ces contradictions « j’adore et je déteste à la fois », ils sont à la recherche de leur identité. Le sommeil fait également partie du lot. S’endormir plus tard, regarder la télévision, faire des sorties, envoyer des SMS, être sur les réseaux sociaux… permet le développement de ses potentialités sociales. L’adolescent s’ouvre sur le monde. D’un point de vue cognitif aussi puisqu’il est entré dans la période de la pensée hypothético-déductive. Il peut faire des hypothèses, fait preuve d’abstraction et il en use et abuse pour refaire le monde. Bref, il raisonne, il argumente, justifie, déduit et si vous êtes des parents d’adolescents, vous vous en rendez bien compte ! Il vous trouve injuste dans votre décision de ne pas le laisser sortir en semaine et va émettre 1000 et un arguments dont une bonne partie, sont chargés de sens, judicieux, et même plutôt perspicaces mais souvent coupés de la réalité. Nos adolescents se croient invincibles, immortels, plus forts que tout et tous, la notion de danger n’est pas reliée à la réalité et c’est bien pour cela que le rôle des adultes qui les entoure est avant tout de maintenir cet axe sécuritaire.

Nos adolescents se croient invincibles.
Nos adolescents se croient invincibles.

 

 

Le sommeil ne déroge pas à cette règle : dormir mais pour quoi faire ! Quelle perte de temps ! Veiller tard, c’est ce que font les adultes et vous souhaitez qu’il aille se coucher à 20h30 comme quand il avait 10 ans : quelle humiliation et non reconnaissance de son état de non-enfant et de presque adulte ! Mais y-a-t-il vraiment que cela ? 

 

→ La suite : Comment fonctionne le cycle éveil-sommeil ? (24/04/2014)

Fermer le menu