Dyslexie, dyspraxie, dysphasie: amenagement du code de la route

 Adaptation du passage

du code de la route pour les dys.

 

code

 

Ce mois de mai 2013, une nouvelle convention a été signée entre des associations dys et le délégué interministériel à la sécurité routière. Une première convention avait été signée en 2011 (voir ici). Cette nouvelle convention permet l’aménagement de l’épreuve du code de la route avec :

– temps plus long pour l’examen des diapositives

– demande possible de lecture à haute voix des questions

– admission de passage de cette épreuve lors des sessions prévues pour les candidats sourds et malentendants.

 

Pour pouvoir bénéficier de cette convention, il doit être mentionné une dyslexie, et/ou une dysphasie, et/ou une dyspraxie. De plus, il faut avoir :

–       Une RQTH ou une reconnaissance de handicap auprès de la MDPH avec une diagnostic de dyslexie, de dysphasie, et/ou de dyspraxie

–       Avoir bénéficié d’aménagements aux épreuves nationales de l’Éducation nationales au titre des troubles du langage oral et/ou écrit, de l’apprentissage du langage écrit et/ou des troubles d’acquisition de la coordination.

–       Soit être en mesure de fournir un certificat médical délivré (moins de 6 mois) attestant d’un trouble spécifique du langage oral et/ou de trouble d’acquisition de la coordination, demandant un aménagement des conditions du passage du code de la route.

 

« Une circulaire sera très prochainement adressée aux préfets pour leur indiquer l’existence de cette possibilité ouverte aux candidats DYS » indique la FFdys.

Source : FFdys (voir la convention)

 

Nouveauté 2014 : 

Le 4 août 2014, un arrêté sur les aménagements du passage du code de la route a été publié. Il concerne les candidats dysphasiques, dyslexiques et ou dyspraxiques.

Que nous dit-il ?

Des séances spécifiques sont organisées sous condition de présenter un certificat médical de moins de six mois notifiant un trouble dysphasique, dyslexique et ou dyspraxique, soit de présenter la notification d’aménagements obtenue pour les examens nationaux pour trouble du langage oral et/ou écrit, soit une RQTH.

Extrait de l’arrêté

« Des séances spécifiques sont organisées pour les candidats sourds ou malentendants. Seuls sont admis à se présenter à ces séances les candidats ayant déclaré être atteints d’une des affections du 3.1 de la classe III visées à l’arrêté du 21 décembre 2005 susvisé.

Les candidats dysphasiques et/ou dyslexiques et/ou dyspraxiques peuvent passer l’épreuve théorique générale dans ces séances spécifiques à la condition qu’ils présentent à l’expert leur pièce d’identité accompagnée de l’un des trois documents suivants :

– une reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou une reconnaissance de handicap obtenue auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et un diagnostic de dyslexie et/ou de dysphasie et/ou de dyspraxie ;
– une reconnaissance d’aménagements aux épreuves nationales de l’éducation nationale au titre des troubles de l’apprentissage du langage écrit, du langage oral et/ou écrit et/ou de l’acquisition de la coordination ;
– un certificat médical délivré depuis moins de six mois maximum, attestant d’un trouble spécifique du langage et/ou de la lecture et/ou de l’acquisition de la coordination et nécessitant un aménagement des conditions de passage de l’épreuve théorique générale ; »

  Lire l’arrêté : ici

 

 

 

 

 

 

 

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :