Dysmoi, le blog des dys, le site

Valérie DUBAND – Consultante "dys" et coach – Lyon

Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village. (proverbe africain)

Dysmoi, le blog des dys, le site - Valérie DUBAND – Consultante "dys" et coach – Lyon

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie, TDAH : Dossier sur le sommeil

Nouveau dossier :

SOMMEIL ET ADOLESCENCE

 

dossier sommeil 55

Cliquez sur l’image pour accéder au dossier.

 

La qualité de notre sommeil participe activement à notre bien-être. Il concoure à notre vigilance, notre attention et notre concentration.  Il est donc un élément essentiel pour tous les enfants, jeunes et adultes en situation d’apprentissage et encore plus important pour les « dys » (dyslexiques, dyspraxiques, dysphasiques, TDAH…) puisque leur attention est souvent fragile voire déficitaire. Et pourtant en période adolescente, pas facile de leur faire respecter les sacro-saintes heures de sommeil nécessaires ! Mais le font-il vraiment exprès ? Est-ce lié à cette période de vie ? Comment fonctionne le sommeil ? Les ordinateurs, les tablettes, les portables gênent-ils vraiment l’arrivée du sommeil ? Comment favoriser ce sommeil ?

 

Voici donc un nouveau dossier concernant le sommeil et plus particulièrement le sommeil chez les adolescents.

L’objectif est donc de mieux comprendre comment fonctionne le sommeil, les éléments qui le favorisent et ceux qui viennent le fausser.

Chaque semaine, vous découvrirez un nouvel article sur le sujet.

Aujourd’hui, ci-dessous, le premier de la série.

Bonne lecture.

 

Sommeil et adolescence : antagonisme ?

 

L’adolescence est une période où l’on cherche à construire sa personnalité. Pour devenir de plus en plus autonome (se sentir grand), l’adolescent cherche à se détacher de son environnement familial. Il se cherche et pour cela il réalise des essais : il vient s’opposer à vos parents, au système… et en même dans cette quête, il appréhende l’inconnu. Tout en donnant l’impression de rejets, il redoute l’inconnu.

L’adolescence est donc une période d’ambivalence durant laquelle le jeune va chercher les limites tout en s’y opposant. C’est dans cette ambivalence qu’il va construire sa personnalité, savoir qui il veut être, quel homme ou quelle femme il/elle souhaite devenir. Maintenir les limites, tenir le cap comme nous avons l’habitude de dire, permettra justement à cet adolescent de pouvoir être rassuré : un gant de fer dans une main de velours. Savoir suffisamment accepter de libertés pour favoriser l’autonomie tout en maintenant un cadre sécurisant pour qu’il puisse aller rechercher cette autonomie sans crainte.

 

ardoise yes no

Savoir suffisamment accepter de libertés pour favoriser l’autonomie tout en maintenant un cadre sécurisant pour qu’il puisse aller rechercher cette autonomie sans crainte.

 

Dans ces contradictions « j’adore et je déteste à la fois », ils sont à la recherche de leur identité. Le sommeil fait également partie du lot. S’endormir plus tard, regarder la télévision, faire des sorties, envoyer des SMS, être sur les réseaux sociaux… permet le développement de ses potentialités sociales. L’adolescent s’ouvre sur le monde. D’un point de vue cognitif aussi puisqu’il est entré dans la période de la pensée hypothético-déductive. Il peut faire des hypothèses, fait preuve d’abstraction et il en use et abuse pour refaire le monde. Bref, il raisonne, il argumente, justifie, déduit et si vous êtes des parents d’adolescents, vous vous en rendez bien compte ! Il vous trouve injuste dans votre décision de ne pas le laisser sortir en semaine et va émettre 1000 et un arguments dont une bonne partie, sont chargés de sens, judicieux, et même plutôt perspicaces mais souvent coupés de la réalité. Nos adolescents se croient invincibles, immortels, plus forts que tout et tous, la notion de danger n’est pas reliée à la réalité et c’est bien pour cela que le rôle des adultes qui les entoure est avant tout de maintenir cet axe sécuritaire.

Nos adolescents se croient invincibles.

Nos adolescents se croient invincibles.

 

 

Le sommeil ne déroge pas à cette règle : dormir mais pour quoi faire ! Quelle perte de temps ! Veiller tard, c’est ce que font les adultes et vous souhaitez qu’il aille se coucher à 20h30 comme quand il avait 10 ans : quelle humiliation et non reconnaissance de son état de non-enfant et de presque adulte ! Mais y-a-t-il vraiment que cela ? 

 

→ La suite : Comment fonctionne le cycle éveil-sommeil ? (24/04/2014)

posts similaires:

Pensée positive du lundi matin (43)

Pensée positive du lundi matin (43)

 

pensee positive43

 

Recevoir pour ensuite mieux donner, voici comment passer une belle semaine ensoleillée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

posts similaires:

Livres audio introuvables : comment faire ?

Livres audio introuvables

 

Vous êtes nombreux à m’écrire pour me demander comment faire lorsqu’un livre « papier »n’existe pas en version audio. En effet, certains livres n’existent pas en version audio. C’est le cas généralement des livres demandés en 5ème concernant l’époque du Moyen-âge (Exemple : Chrétien de Troyes, le chevalier au lion).

 

 

La solution :

A vos micros !!

 

micro

A vous de jouer !

 

Vous avez bien compris, vous allez réaliser vous même ce livre audio… et vous verrez qu’il n’y a rien de plus simple.

Bien sûr, cela vous demande d’avoir le livre sur le support de votre choix (papier, e-book…), du temps et de prendre votre plus belle voix !

 

Matériel dont vous avez besoin :

 

Audacity : Logiciel à télécharger.

Audacity est un logiciel gratuit de gestion du son. Il vous permet d’enregistrer votre voix. Vous pouvez même pour les plus doués faire des montages en ajoutant des musiques ou d’autres sons car ce logiciel permet de gérer plusieurs pistes son.

Pour télécharger, Audacity cliquez ici  

Un micro : 

Aujourd’hui, de partout, vous trouverez des micros de table ou des micro-casques qui conviendront très bien.

Exemple de micro-casque ici ou encore ici

 

La prise en main du logiciel est assez intuitive mais pour ceux qui sont moins aguerris à l’informatique voici un manuel complet en français (cliquez sur le lien)

 

Pour pouvoir exporter vos fichiers au format MP3

En effet, les jeunes utilisent des MP3 (exit les Cd audio). Vous pouvez exporter les pistes de sons que vous avez créées au format MP3. Pour cela, il vous faut procéder à l’ajout d’une « lame » (qui est en quelque sorte un encodeur MP3).

 

mp3-player

Aujourd’hui, exit les lecteurs CD… les jeunes utilisent leur MP3.

 

Pour cela, vous pouvez suivre le tutoriel ici :

Vous avez ici toute une série de tutoriels animés qui vous permettront une prise en main rapide.

 

Trucs et astuces  pour faciliter la lecture audio

-          Avant tout faites toujours un essai, cela vous permet de vérifier la distance entre votre bouche et votre micro, les bruits avoisinants, le bon enregistrement et quelquefois le bon raccordement de votre micro au PC !

-          Faire des coupures dans votre lecture soit par demi-chapitres s’ils sont longs, soit par chapitres : cela évitera de multiples écoutes lorsqu’il/elle devra répondre à des questions. (livre de travail/classe)

-          Lire le numéro de page : le lecteur pourra se retrouver dans son livre et pourra ainsi s’il le souhaite suivre la lecture.

-          Quand un mot de vocabulaire vous semble complexe, vous pouvez, en fin de phrase, donner sa définition.

-          Lorsque vous enregistrez votre plage son, mettez les pages et chapitre. Exemple : Chap 1 p 3 à 10

- Pensez que vous n’êtes pas « lecteur professionnel » et qu’un petit accrochage de mot ne vous oblige pas à recommencer toute votre piste. Faites simplement comme si vous étiez en train de lire ce livre à votre enfant. :-)

 

headphones-152341_640

Bonne lecture

 

 

 

 

 

 

posts similaires:

Journée de l’autisme : journée bleue

La journée de l’autisme : la journée bleue

 

Le 2 Avril 2013 est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. 

A cet occasion, comme l’an dernier, le site « Dysmoi rejoint le mouvement en se parant de bleu.

 

 

 

Un tout petit geste « bleu » que chacun peut faire à son niveau parce qu’il est encore rudement nécessaire d’améliorer les vies de ces enfants et des adultes.

 

         Les plus grandes montagnes sont faites de petites pierres.       

 

Les derniers découvertes permettront espérons-le de vraies avancées et surtout une meilleure prise en compte/charge. La France accuse encore un sacré retard.

Pour rappel, il a été rediffusée dernièrement le documentaire « Le cerveau d’Hugo », si vous ne l’avez pas encore visionné, vous pourrez le trouvez ici

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=6ASAHKoFqVQ

 

 

 

 

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie… J’suis nul

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie, TDAH :

« J’suis nul  - J’suis nulle »

 

Voilà une phrase qui revient souvent la bouche des enfants que je reçois. Marion, 14 ans, collégienne, dyslexique me regarde en baissant la tête. « Mes notes, c’est la cata, j’suis nulle. ». Quand je lui demande ce qui fait qu’elle se sente nulle, elle me répond qu’elle ne se sent pas intelligente car elle n’arrive pas à lire un texte correctement. Arthur, 12 ans, HP (Enfant Intellectuellement Précoce/ Haut Potentiel) , a également le même sentiment. Alexandre, 17 ans, dyspraxique partage ce ressenti : « mes notes sont comme moi… nulles ». « J’suis un boulet » me dit Audrey, collégienne, « Au collège, les profs, j’ai l’impression qu’ils me traînent. »

 

Leur point commun, un parcours scolaire chaotique !

 

J’ai 6/20, je vaux 6

domino

J’ai 6/20, je pense que je vaux 6/20, je ne me crois pas capable de faire mieux, je perds confiance en moi, j’ai peu d’estime pour moi-même : un vrai effet domino.

 

 

 

 

Les enfants vivent les notes comme leur valeur : j’ai 6/20, je vaux 6 autrement dit pas grand-chose. Ce sont des propos que j’entends couramment en stage de confiance en soi. Avec ces mauvaises notes, ils remettent en cause leur intelligence, leur potentiel.

Les enfants comme les adolescents se jugent, ils ont tous envie de réussir, d’avoir des bonnes notes, tous les élèves voudraient être de bons élèves. Je n’ai pas encore rencontré un seul élève qui était vraiment content d’avoir des résultats scolaires moyens ou médiocres.

Certains, et surtout les adolescents vont alors se mettre en échec. Ils ont peur, peur de réussir. Ils ne travaillent pas. Vous imaginiez, si je travaille et que je ne réussis pas, si je ne réussis même pas en travaillant, je saurai que je ne suis vraiment pas capable. Alors que si je ne travaille pas, j’ai au moins une excuse, j’ai sauvé la face. Ils ne mettent eux-mêmes en échec. Et les parents comme les enseignants ne voient qu’un manque de travail ! Le manque de travail n’est pas la cause mais la conséquence. Ce sont ces mêmes jeunes qui vous disent qu’ils s’en moquent, que ce n’est pas grave : « j’en fous, y’a pas que l’école dans la vie ». Certes, il n’y a pas que l’école mais ils y passent en moyenne 6 heures par jour soit ¼ de leur temps, sans compter les devoirs à faire ! Comment se sentir bien ? Comment s’estimer ?

 

Garder sa valeur

 

Lire le texte : Estime de soi

billet

Cliquez sur l’image pour lire le texte : Estime de soi

 

Pour les parents, c’est valoriser les efforts plus que les notes, valoriser le travail accompli, sa pénibilité, valoriser les réussites, désacraliser les échecs et surtout ne pas les cristalliser. C’est aussi valoriser d’autres domaines de réussite que l’école : le sport, le dessin, la peinture, le jeu d’échecs … et même le fait qu’il soit capable de vous massacrer à la PlayStation !

 

Apprendre à valoriser d'autres compétences.

Apprendre à valoriser d’autres compétences.

 

Pour les enseignants, c’est apprécier le travail accompli : un 8/20 n’a jamais le même impact s’il est accompagné d’une appréciation motivante : poursuis tes efforts, tu y es presque ! On voit que tu as appris ta leçon même si l’exercice 3 n’a pas été compris…L’image que l’enseignant va avoir de l’enfant intervient aussi. Elle va induire des comportements et des attitudes selon la perception que l’enseignant va avoir de son élève. S’il pense que l’élève est un  bon élève ou un élève studieux, bref qu’il a une bonne image de cet élève, il va adapter inconsciemment son attitude. N’oublions pas que 93% de notre communication est non verbale. L’élève va donc percevoir aussi les attitudes implicites. Un regard bienveillant est donc la clé pour permettre à ces élèves d’exprimer leur potentiel.

 

Pour favoriser les situations d’apprentissage et permettre à l’apprenant d’exprimer correctement son potentiel, il est nécessaire de le faire dans un contexte bienveillant, en diminuant les situations de stress et notamment de stress excessifs qui finissent par provoquer de véritables blocages. Il est également important d’instaurer un système de récompense lié à la motivation personnelle de l’apprenant lui-même. L’aider à viser son objectif personnel lui permettra d’être motivé et de développer ces ressources d’adaptation. Tous les adultes qui entourent un enfant devraient prendre en compte ces points essentiels.

 

 

 

 

 

posts similaires:

TDAH : sois attentif et concentre-toi !

Sois attentif

 

Ecoute !

 

Concentre-toi !

 

colère 11

 

 

Des phrases que nos jeunes entendent souvent… mais que veulent-elles dire pour eux ?

 

Selon les définitions du Larousse :

Attentif, attentive :

Qui prête une attention soutenue ; qui dénote de l’attention : Prendre la parole devant un auditoire attentif. Un regard attentif.

 

Attention :

Capacité de concentrer volontairement son esprit sur un objet déterminé ; cette concentration elle-même : Il est incapable de fixer son attention.

 

Mais quand on leur dit :

 

Sois attentif !!

Il se concentre sur le fait d’être attentif, il met toute son attention sur le fait d’être attentif… et bien sûr, il parait attentif mais où est son attention ?

 

Ecoute !

Il se concentre sur le fait d’écouter, il met toute son énergie à se dire qu’il faut qu’il écoute. Il se concentre sur le fait d’écouter, il se force en se disant : écoute ! …  et il a mis tellement d’énergie à faire attention à bien écouter qu’il n’a pas écouté ce que disait la personne qui parlait mais, il a rudement fait attention à se concentrer à écouter.

Sans parler du fait qu’en réalité, les TDAH entendent plus qu’ils n’écoutent. Ils sont d’ailleurs obligés d’entendre car il perçoit bien les sons, tous les sons. Mais écouter leur demande de fixer leur attention sur une seule partie de ce qu’ils entendent. Ils fixer leur attention sur une seule chose et doivent inhiber les autres. Cela leur demande de l’attention et de la concentration, et c’est bien là leur difficulté.

 

Concentre-toi !

Qu’est-ce que ça veut dire ? Il se concentre sur quoi, sur qui ? Il est attentif mais à quoi ? Il se concentre sur le copain qui fouille dans sa trousse pour sortir le stylo rouge demandé pour souligner le titre de la leçon, il se concentre sur la copine qui bavarde avec sa voisine : « que se disent-elles, ça à l’air vraiment intéressant »… Bref, il est bien concentré, sur plein et plein de choses.

Il vous semble qu’il vous écoute, qu’il vous regarde, parce que son attitude est celle que vous attendez : il ne bouge pas, il ne parle pas, il vous regarde même fixement… mais dans sa tête,il est ailleurs. Il repense à ce super jeu qu’il a fait hier avec ses copains, à l’anniversaire d’Hugo qui arrive bientôt (qu’est-ce qu’il va lui acheter comme cadeau ?), à sa dernière compétition de tennis (vraiment ce service, il n’aurait pas dû le louper)…

 

attentif

 

 

Alors, soyez attentif à leur attention… et ce n’est pas si facile.

 

Quelques pistes pour les aider différemment : 

♦ Réduire les distracteurs : le bruit, les sollicitations, les élèves qui bavardent à coté, les « outils » fantaisie (stylo, gomme…)…

♦ Pour rappeler l’attention : poser des questions, impliquer, faire participer…

♦ Faire des temps de pause : respecter les temps de récréation et ne pas les utiliser pour faire finir un devoir ou terminer de copier une leçon…

♦ Couper le travail demandé surtout s’il parait long et répétitif

♦ Les aider précocement à trouver des méthodes personnelles afin de leur permettre de devenir autonome et de moins fatiguer.

 

 

 

 

 

posts similaires:

%d blogueurs aiment cette page :